Aux masculins

J’aime prendre les garçons en photo. Malheureusement, de nombreux clichés doivent rester dans l’ombre de mes tiroirs. Je me souviens avoir photographié un couple d’amis, nus, dans leur appartement. Sur l’une des photos ils s’étaient couchés sur le parquet du couloir, comme faisant partie des meubles, entre le salon et la cuisine. J’aimerais bien vous la montrer mais c’est impossible. Suite à cette séance, un de leurs amis m’avait demandé de le prendre aussi en photo, chez lui. C’était ma première séance officielle avec un modèle et j’étais un peu stressée. Du coup, j’avais sorti mon objectif 120mm, celui qui permet de zoomer sur une cible lointaine. C’est un objectif de chasseur. Je m’étais tapie au fond de sa chambre, toutes portes ouvertes devant moi, pendant qu’il prenait sa douche. Le résultat est très cinématographique. Mais là encore, secret défense.

Heureusement, cet été à Avignon, j’ai pu compter sur les corps et les âmes de mes amis pour faire quelques photos. Pour la première fois, j’ai mis une pellicule couleur dans le Leica de ma grand-mère et je suis très contente du résultat. J’aime beaucoup comme le rouge ressort vivement et comme les couleurs douces des rideaux fleuris nimbent certaines images d’une lumière romantique. Depuis, j’ai remis du noir et blanc dans l’appareil mais bizarrement je n’ai plus très envie de prendre de photos avec. J’aspire à nouveau à la couleur. Je vais tacher de finir rapidement cette pellicule pour retrouver les vives éclaboussures.

Je profite de cet article pour vous dire que je vais désormais rassembler toutes les photos que j’ai prises sur un nouveau compte instagram dédié : sucredorge.photographer. J’ai hésité longtemps à faire un nouveau site ou à créer une page spéciale photos sur celui-ci, mais je pense qu’instagram est déjà un bon début. Je remercie ma copine Mily Serebrenik de m’y avoir poussée ! Et si un jour je trouve (enfin) un endroit où tirer mes photos et découvrir les joies du laboratoire, alors ce sera parfait.

Sur ces photos vous pouvez voir Thomas, Alexandros et Tom de Montmartre.

Je ne préfère pas trop écrire dans cet article pour vous laisser rêver et inventer des histoires avec ces images. Mais le titre que j’ai choisi m’invite à partager avec vous trois liens sur les masculinités :

  • Le premier vous guide vers un podcast feministe consacré à la construction des masculinités. Il aborde des sujets tels que l’éduction des garçons, le porno, le consentement, les preuves de la virilité, et porte ce charmant nom : Les couilles sur la table.
  • Le second vous fera passer les portes du Yono à Paris le 14 novembre pour assister au rendez-vous mensuel de La Big Bertha’s Klub, consacré cette fois-ci au boylesque avec en invités le Vicomte Harbourg, Sativa Blaze, Christopher Olwage et Martin Dust.
  • Le troisième vous fera découvrir la SCEP – Société Communautaire des Effeuilleurs Parisiens, d’ailleurs interviewés par Les couilles sur la table il y a peu de temps (à écouter ici). Je n’ai pas encore vu leur spectacle mais le prochain aura lieu le 30 novembre au Café de Paris.

Je vous invite enfin à retrouver Lolla Wesh, le personnage de Tom de Montmartre, sur scène les 23 et 24 novembre à Lyon, à l’Acte 2 Théâtre, dans son one-queer show « Coucou ». Les informations sont ici. Amis Lyonnais et Mâconnais, c’est un spectacle à ne pas rater !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec le symbole « * ».