Cher journal…

L’idée de refaire mon site est venue d’un seul coup, dans un douloureux éclair de lucidité. Il y a 4 ans, j’avais mis au point une page blogspot qui avait pour mérite de regrouper les images et vidéos de mes numéros. A ce moment là je ne faisais que quelques spectacles de temps et temps et c’était l’envie de partir danser à New York qui m’avait motivée dans cette « officialisation ».

Puis les années ont passé et j’ai (plus ou moins) mis à jour cette page, sans jamais remettre en question son design.

Sarah Bernhardt dans La Dame aux Camélias. Falk Studios, 1911
Sarah Bernhardt dans La Dame aux Camélias. Falk Studios, 1911

Un effroyable constat

Cet hiver, j’ai eu la chance de filmer mes numéros dans le studio Dailymotion. J’avais enfin un contenu nouveau et de qualité ! Je suis alors retournée sur mon site, dans l’idée de l’intégrer et là, vision d’horreur: des images mal présentées, une mise en page éclatée, des textes et une typographie ignobles… Je me suis dit : « la dernière fois que tu as donné une carte de visite en disant « Allez sur mon site !», c’est de « ça » dont tu parlais ? » Et j’ai eu un peu honte. J’ai réalisé que ce qui n’était pas trop mal il y a 4 ans avait vraiment mal vieilli et ne donnait pas l’image que j’aurais voulu.

Une lueur d’espoir

C’est là qu’intervient Stella Polaris, amie et partenaire de barre au sol. Je lisais déjà son excellent blog quand elle l’a « revampé » en septembre dernier et le résultat était parfait : beau, clair, ergonomique et reflétant bien sa personnalité. Deux jours plus tard je lançais un SOS à Marie Guillaumet (voir ici son travail), l’auteur prodige de cette merveille html.

Un des défis a été de trouver un univers graphique adapté à l’hétérogénéité de mon répertoire. J’aime traverser les époques et changer de visage : avec des inspirations allant du 18ème siècle à la disco, de l’Inde à la Russie, du Charleston aux Ballets Russes, il fallait éviter l’écueil du Patchwork.

Femme à l’éventail – Gustav Klimt, 1918
Femme à l’éventail – Gustav Klimt, 1918

Un salon chinois

Stella m’a soufflé l’idée de l’oiseau comme ligne directrice. D’une part je les aime beaucoup (il y en a plein chez moi) et surtout ils portent des plumes, incarnations vivantes d’un art que j’affectionne tout particulièrement : la danse d’éventails !

Et puis j’ai souhaité donner une couleur orientaliste à l’ensemble :

  • L’inspiration asiatique est constante à travers les époques : on pense aux chinoiseries du 18ème siècles, aux cocottes du 19ème rêvant d’orient, à Mata Hari… et nombre de mes numéros sont influencés par cette esthétique.
  • Je pense aussi aux Geishas dont l’art est un peu similaire, selon moi, à l’art du burlesque : divertir, en s’efforçant d’atteindre un haut degré d’exigence artistique.

Grues, volutes et encre de Chine ont donc été retenus pour habiller ce petit salon.

Journal

Autre nouveauté, ce journal, dans lequel je partagerai aussi régulièrement que possible mes inspirations, admirations, escapades et vie d’oiseau de nuit, entre autres choses …

La balançoire - Fragonard, 1767
Un peu de légèreté !

J’espère que ce nouveau site vous plaira, n’hésitez pas à me faire part de vos retours et à commenter les futurs articles !

A très vite,

Sucre d'Orge

9 commentaires

    1. Merci beaucoup Bountynette ! Marie a en effet travaillé dans ce sens et je suis ravie que ça te plaise. J’espère que ce Journal t’amusera aussi et qu’il saura être un prolongement intéressant à la scène.
      A très vite !

  1. Suivant Marie Guillaumet sur Twitter, je ne peux que dire BRAVO pour ce site… et en plus je découvre Sucre d'Orge… Allez ! Zou ! Ça donne envie de faire du vélo sur le Larzac, d’ailleurs j’y vais !

    1. Tu n’est pas « un peu » la marraine du projet. Tu es LA marraine du projet, le point de départ, l’inspiration, que dis-je, l’étoile polaire guidant mes pas timides et mal assurés de néophyte sur la voie html !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec le symbole « * ».