Nue au soleil ?

Depuis quelques étés, j’ai l’occasion de passer du temps au bord de la mer, tout près d’une plage naturiste.

Les premières fois où je m’y suis baladée, j’avais les yeux rivés sur le sable. Et puis un jour, j’ai eu envie de me jeter à l’eau, nue.

Marilyn nue au soleil
Marilyn, nue au soleil

J’ai marché longtemps avant de trouver le coin idéal où je serais suffisamment loin des premiers voisins pour éviter toute promiscuité, mais pas trop loin non plus pour pouvoir au besoin leur lancer un S.O.S.

Précision : cette plage a aussi la réputation d’être échangiste.

Le plaisir d’être nu

J’ai l’habitude de me déshabiller sur scène, mais en plein air c’est tout autre chose.

Et puis, je n’ai pas coutume de retirer ma culotte en public. J’ai un peu l’impression d’être dans ces rêves étranges et semi-cauchemardesques où je me retrouve nue dans une salle de classe sans que personne ne le remarque vraiment. En général, pour éviter de rester en ligne de mire trop longtemps, je me précipite au plus vite vers la mer. Pourtant, quel bonheur de sentir l’air sur ses fesses !

Révélation

Est-il de plaisir plus grand que celui de nager nu ? Je ne sais pas à quoi cela tient, les maillots de bain de nos jours ne sont pas très couvrants, mais il faut croire qu’ils nous coupent d’une partie de nos sensations. J’avais fait un peu le même constat en passant des thermes naturistes aux thermes textiles de Baden Baden. Au delà du fait de sentir l’eau courir sur tout son corps, c’est aussi le fait de ne pas être « segmenté » par du tissu qui semble faire toute la différence.

Venus sortie des eaux

Mais vient vite le moment délicat de la sortie des eaux. Ce moment gênant où il va falloir traverser la plage, nue et mouillée face aux regards.

Récit…

Alors qu’il n’y avait personne à mes côtés quand je m’étais installée, je vois soudainement un homme, seul et habillé qui attend tout près de ma serviette.

Je reste encore dans l’eau, en espérant qu’il finisse par partir, mais j’ai froid et quand je ne sens plus mes pieds, je décide de sortir quand même.

Jane toute nue
Jane toute nue

Je marche d’un air décidée, je me fantasme en spartiate dur et intouchable, espérant éviter de passer du tableau de la Vénus de Milo à celui de l’Enlèvement des Sabines.

J’attrape mes affaires non sans lui lancer un regard noir et je me dirige vers le sommet de la plage, contre les dunes, le laissant derrière.

Harcèlement de plage

L’histoire aurait pu s’arrêter là, à une simple coïncidence d’emplacement, à une lutte de territoire, mais ne voilà-t-il pas que l’affreux revient à la charge ? Le goujat traverse tout le banc de sable pour s’asseoir à côté de moi et discuter.

Je lui ai dit que je voulais rester seule, mais je n’ai pas du être assez claire et au fond, il me faisait un peu pitié. Du coup, il est resté un bon moment, à me parler d’astrologie et à décliner mon thème astral complet. Étroitement enveloppée dans ma serviette, j’écoutais d’une oreille distraite le récit d’Uranus pénétrant mon secteur lunaire…

Après cet épisode, j’ai hésité à revenir sur cette plage de peur d’être à nouveau (s)abordée.

« Go away!’

Mais j’y suis retournée, parce que j’aime vraiment être nue à la mer.

Si j’en fais un article aujourd’hui, c’est parce que ce genre de situation s’est reproduite presque à chaque fois : regard insistant, approches, etc. Jusque là, j’ai fait le dos rond. Mais le week-end dernier, la goutte de trop est tombée.

Un sexagénaire ventripotent (qui me regardait lourdement depuis mon arrivée) est venu me demander si je voulais me baigner. Merci, mais je n’ai pas besoin que l’on me tienne la main pour ça. Contrairement à la fois précédente, j’ai choisi l’option de l’indifférence maximale pour le faire partir au plus vite : je n’ai pas répondu et je n’ai même pas levé les yeux de mon livre. Il a insisté : « Hé oh ! Bonjour? Mademoiselle? Ouhou?! » et il a fini par me laisser en bougonnant, voyant que je ne réagissais toujours pas.

A ce stade là, j’étais déjà bien énervée de ce manque de discrétion.

Mais il n’allait pas en rester là. Dix minutes plus tard le voila de retour, avec son baluchon à la main, sa bite et son couteau si je puis dire. Il se plante à deux mètres de moi, croise les bras et lance :

Oh mais quand même, laissez moi vous mettre un peu de crème !

Le comble ! J’ai explosé. Je lui ai hurlé dessus, avec une violence et une vulgarité que je réserve d’habitude à mes virées à vélo. Je l’ai vu faire deux pas en arrière, un peu choqué et il est enfin parti pour de bon.

La féministe en moi

berlin-nude-1925

Ce bonhomme m’a ulcérée et j’ai mis du temps à retrouver mon calme. Comme si être harcelée dans la rue n’était pas suffisant.

Je me demandais : faut-il porter un maillot et/ou être accompagnée pour être tranquille ? Faut-il fuir cette plage nudiste parce qu’elle accueille aussi des libertins ? Est-ce que j’aurais du m’attendre à un tel accueil ? Voire même, le trouver « plutôt sympa » ? (ahah)

Mais, au fond, est-ce que ces approches sont acceptables ? Est-ce que ce n’est pas justement dans le milieu libertin, SM et j’en passe où le respect, le tact et le consentement doivent être plus que jamais de mise ?

Et puis j’ai réalisé quelque chose : il est hors de question que je me prive de ce plaisir de peur d’être harcelée, de même qu’il est hors de question que je renonce à porter des jupes et des talons hauts en sortant seule la nuit. J’irai sur cette plage si j’en ai envie et je me mettrai nue tant que je voudrai. Plus encore, je ne me précipiterai plus vers la mer pour échapper aux regards : je prendrai tout mon temps, même si ça doit frustrer papy pervers.

Je n’ai jamais pensé mes shows burlesques comme des actes féministes, mais je ferai de mes venues déshabillées sur cette plage le fer de lance de ma résistance !

« ¡No pasarán! »

Reste à trouver la bonne stratégie pour repousser les nuisibles de façon efficace. Je pensais me fabriquer une pancarte, comme dans l’ École des Fans, avec écrit d’un côté « Merci de ne pas me déranger » et de l’autre « Barrez-vous !» Qu’en pensez-vous ?

Si vous avez une expérience naturiste à partager, elle m’intéresse grandement. Je ne m’étais encore jamais faite embêter sur une plage et je suis assez déçue de ces réactions. Comme si être nue signifiait « baise-moi ».

34 commentaires

  1. faute à pas de chance, mes expériences de la plage nudiste au cap ferret, il y fort longtemps..bon je suis un mec… les femmes sont intéressantes en arrivant, et quand ils enlèvent une à une leur « feuilles » mais une fois nu plus personne vous prêt attention…
    je pense tu as été à la mauvaise plage!

    1. Bonjour Albi,

      Je ne sais pas si c’est la mauvaise plage, mais c’est la plus proche.
      Mais c’est vrai, je crois que dans le Sud ces plages nudistes sont un peu à part… et pas dans le bon sens du terme.
      J’ai même entendu plusieurs fois que les naturistes en voulaient beaucoup au Cap d’Agde, pour ne citer que ce coin, d’avoir dégradé l’image et l’ambiance du nudisme…

      1. Découvtir les joies du naturisme oui mais pas au Cap très chère…
        Je suis…nous sommes naturistes en famille depuis une quinzaine d’années mais avons choisi nos lieux de prédilection en amont. Des centres dépendants de la F.F.F (fédération française de naturisme) où l’art et la manière de considérer la nudité sont autrement perçus. Le sexagénaire couteau à la main s’y trouve également mais restera à sa place…là est toute la différence. Des enfants, adolescents, couples, femmes et hommes seuls…familles y passent des étés entiers sans anecdotes de ce genre et fort heureusement. Goûter aux plaisirs d’être nu, de s’y baigner et de dorer sur sa serviette mais sans encombres, il faut pour cela penser l’endroit…
        Personnellement et comme tu le penses si bien, il est hors de question de se priver de ce pur bonheur pour des regards lourds et sans pudeur.
        Accroche Coeurs

  2. Ha oui!
    La plage nudiste… tout un programme qui oblige à faire le grand écart entre élan de spontanéité et retour des conventions urbaines à coup de boulets harceleurs…
    Je pense que le panneau s impose, car si la plage est réputée libertine et que tu y vas, ses occupants peuvent penser que tu viens dans cet état d esprit et tentent leur chance
    Donc 2 panneaux latéraux en 3 langues pourraient être utiles
    À Barcelone, on cumule aussi le vendeur de bières pakistanais qui reste planté à te reluquer libidineusement jusqu à ce que tu lui jettes des cailloux, qu il est compliqué d être femelle
    Sinon un pain de campagne et un cran d arrêt que tu plantes dedans à l approche d un « candidat » s avère assez concluant aussi !
    Des baisers le sucre

    1. « faire le grand écart entre élan de spontanéité et retour des conventions urbaines »
      C’est vraiment ça. Tu as envie de courir et de bondir nue et puis…et puis non en fait.

      Pour le cran d’arrêt, il est contre mes principes (à ce jour). Et puis comme on dit, quand tu introduis une arme dans un conflit, il y a une arme et nul ne sait contre qui elle peut se retourner…
      Un peu de Realpolitik voyons ;)

  3. Très chouette article même si ton expérience n’a pas dut être spécialement agréable (enfin pour ce qui est de te faire aborder par des tordus)…
    Ca fait un moment qu’on en parle, avec mon chéri, de franchir le pas et d’aller faire du naturisme, d’autant que l’on vit près de la mer et qu’il y a plein de plages dédiées à cette « pratique » (« pratique »?! ça fait un peu sportif comme terme ‘^^). Du coup il a lu par dessus mon épaule et on a tout les deux très envie de connaître aussi cette sensation de se baigner nu… Je crois que cet été sera le bon.

    1. Merci Bambi :)

      Oh oui, allez-y, ça sera super, c’est sûr.

      Je n’ai jamais eu la chance de fréquenter des personnes très à l’aise avec l’idée d’être nu en public, du coup je n’ai pas pu encore partager ce genre d’expérience.
      A votre place, je n’hésiterai pas.

      Profitez-en bien !

  4. Très bel article. Et joliment illustré.
    La plage où tu es allée était certainement le mauvais choix en terme de naturisme, si elle était réputée être échangiste. Il n’en reste pas moins que tu as été confrontée à… à quoi d’ailleurs ? Je dirais, d’abord et surtout, puisque je suis en train de lire Wilhelm Reich et que cela confirme parfaitement mes intuitions profondes, à la misère sexuelle des hommes. Et aussi, bien sûr, au produit de nos normes sociales, de l’éducation… Cependant, ces hommes que tu décris si bien qui soient te reluquent, soit éprouvent un plaisir pervers à te rendre nerveuse, énervée, ulcérée, n’ont finalement que le comportement de frustrés qui ne peuvent satisfaire normalement leurs besoins sexuels et émotionnels.
    A mes yeux le burlesque est par nature féministe, parce que les effeuilleuses ne conçoivent pas leur prestation pour exciter le public masculin, mais -entre autres, et j’aimerais ton avis- pour s’amuser, jouer avec les codes de la séduction, de la féminité, en gros s’approprier des codes culturels qui ont en bonne part été conçus pour et par les hommes afin de les intégrer à sa propre féminité, sa propre relation au corps. Je trouve le burlesque de ce fait éminemment féministe. Je remarque d’ailleurs que le public est très féminin et que ce sont les femmes qui dans le public participent le plus…
    Au plaisir de te voir, et de te lire !

    1. Merci Antoine !

      « La misère sexuelle des hommes ».
      Je pense à Houellebecq bien-sûr, mais ses « héros » me semblaient moins lourds quand même…

      Misère, impolitesse et, d’un point de vue pragmatique, mauvais emploi des ressources : pourquoi foncer droit dans le mur ? Si j’étais eux, je prendrais mieux en compte les signaux émis pour ne tenter que des actions un peu plus rationnelles…

      « A mes yeux le burlesque est par nature féministe »
      Peut-être, en un sens. En fait, je ne me pose vraiment pas ce genre de questions. Mais je dois sans doute avoir un avis sur le sujet. J’y réfléchirai et j’en parlerai peut-être ici un jour.

      Ce qui est sûr, pour ce qui me concerne, c’est que mon but premier ce n’est pas de m’approprier des codes etc. C’est tout « bêtement » d’essayer de faire quelque chose de beau. Et c’est déjà pas mal ;)

  5. Bonjour … petites suggestions :

    – Met toi pas trop loin d’une famille … certes tu auras les bruits d’enfants qui crient ( mais c’est la vie … ) le sable projeté par les passants , enfin des petits désagréments mais tu y seras en sécurité des « pervers »…

    – Garde un paréo près de toi , pour t’en couvrir si besoin rapidement et hurler  : crie si besoin … Tes voisins interviendront … promis !!!!

    – Garde ton téléphone près de toi … si une personne indélicate se permet de t’approcher trop vulgairement à ton goût , prend une photo de sa tête et passe en mode :  » vous êtes qui ?, nom, prénom, date de naissance, lieu, adresse, n° de tel , etc … » Cela calme net !!!!!

    – autres suggestions , par Face en MP …

    Surtout , fais trop plaisir …..
    Mes « conseils » sont un peu agressifs … c’est juste mon tempérament de feu et mon caractère ( et aussi des situations réellement vécues !!! )

    Enjoy, et keep calm

    CS

    1. Merci pour ces conseils et pour ton aide !

      – Le paréo, j’ai et je le garde à portée de main

      – Le téléphone, je l’ai aussi avec moi et je suis très fan de ton idée de prendre en photo l’indésirable. Il y a de quoi le rendre fou…

      Par contre, me mettre près des familles…bouh ! J’imagine bien que c’est plus safe mais je préfère quand même être au calme et aussi, un peu isolée. Au fond, je suis pudique ;)

  6. Pendant longtemps, j’ai été réfractaire au naturisme, j’avais peur du qu’en dira-t-on et de ce qui t’es arrivé, des emmerdeurs donc. Mon compagnon de l’époque, lui, était adepte depuis l’enfance et allait avec ses grands-parents sur des plages naturistes en Yougoslavie.
    Après avoir longtemps insisté, j’ai cédé, me disant que cela ferait une expérience de plus. Nous avons été ensemble en Croatie, dans un « camp », en gros un camping qui propose aussi des chambres d’hôtel. J’ai adoré l’expérience mais le public était très différent de celui que tu as rencontré: beaucoup de personnes d’âge moyen, voire avancé, quelques familles avec enfants (c’était fin mai, hors vacances scolaires).
    L’ambiance était bon enfant, sans aucun regard de travers, dans une tradition très germanique du naturisme, sans aucun lien avec de l’échangisme.

    J’espère que tu auras l’occasion de tester ce style de naturisme un jour !

    1. Bonjour Sunalee !

      J’aime bien cette tradition germanique du naturisme. C’est celle que je retrouve à Baden Baden et c’est vraiment agréable.
      Mais tu vois, j’imagine mal les français, plus latins, adeptes de ce délire. D’ailleurs, dans ces thermes allemandes, tu les repères vite…

      J’espère aussi pouvoir faire l’expérience de ce naturisme en plein air. Je m’imagine bien nue dans les montagnes autrichiennes ou au bord d’un lac… J’en rêve déjà !

  7. Pour ma part,
    Je sais faire la part des choses entre ma toute légitime lubricité et le simple plaisir d’être nu.
    Ressentir le vent et les flots de partout, quel pied.
    Donc, lorsque je vais à la plage, je me renseigne sur les plages dites « culs nus » ouvertes et mixes. Mixes dans le principe où chacun fait bien ce qu’il veut, textile ou pas, mais où j’ai la certitude de croiser des familles, ce qui dénie de facto les lourdingues et les exhibs…
    Histoire de m’y sentir tout naturellement tranquille et même, je parle d’expérience, de croiser une belle personne de façon aussi naturelle que si nous étions habillés !

  8. Celle où j’ai osé la premiere fois « me mettre à nu » et que je retrouve avec plaisir est dans le sud, pres de Perpignan.
    À Toreilles.
    Immense plage qui ressemble à celles de l’atlantique. Avec familles et couple et personnes seules mais tellement grande que la proximité n’est pas meme de mise.
    Il faut juste savoir qu’il y a un coin éloigné (1km) où certains vont s’affairer, et ne pas s’en approcher.
    Sinon, quiétude et tranquilité

  9. Oh ! Qu’est ce que j’ai ri en lisant ton aventure !!
    Tellement vrai !
    Je suis également naturiste depuis ma tendre enfance et arrivée à l’âge adulte il a bien fallu que je tâte aussi certaines plages sans mes parents…
    Et effectivement il faut bien les choisir sous peine de connaître de grandes frustrations…
    L’idée des panneaux me plaît énormément !!!

    Je te souhaite de rencontrer ces quelques lieux secrets et discrets où ton corps et ton esprit fusionnent avec l’air, l’eau, l’herbe ou la pierre…
    Je confirme que les plages sur la côte ouest sont plus tranquilles.
    (Soupir…) écrire ces quelques lignes me donnent envie que les beaux jours arrivent…. Mmmmm….
    Et si tu es un jour du côté de Strasbourg, pourquoi pas me faire un signe, afin que l’on partage un Carallla ensemble !

    Naturistement vôtre.

    1. Ravie de te lire Morgan et ravie que cette aventure t’ait amusée :)

      Un « Carallla » ? Tu veux parler des thermes de Caracalla à Baden Baden ? Ou bien est-ce une spécialité de Strasbourg que je ne connais pas ?

  10. C’est très bien quand on se sent libre est lorsque l’on exprime le sentiment le plus profond. Cela prouve que la nature reste toujours la nature, nous sommes nés comme cela est nous retourneront comme nous étions venus.

  11. Juste un petit conseil si vous ne voulez pas être harcelée sur les plages : Il y a des tas de gens qui, comme ma femme et moi, sont naturistes depuis toujours. Les vieux couple, comme nous, sont au delà de la gêne, alors je vous conseille de poser votre serviette à coté de vieux habitués. Pas trop prés, on cherche tous la tranquillité, mais suffisamment pour décourager les pervers. Souvent ça suffit. On ne laissera pas, une femme être harcelée prés de nous. Il m’est arrivé une fois d’intervenir fermement, mais c’est rare. Donc fréquentez les familles, et n’oubliez pas qu’il existe des hommes qui détestent les pervers et qu’ils ont surement plus peur de nous que de vous…
    Amicalement

    1. Merci Géant vert pour ce sage conseil !
      Cet été tout s’est beaucoup mieux passé.
      Ou j’ai été plus avisée dans mon emplacement de serviette, ou les hommes étaient moins lourds, ou l’effet de l’âge commence à se faire sentir sur ma personne ;)

  12. Il est assez rare , sur un forum , que l’on lise des échanges d’idée aussi tolérantes , il faut le souligner .
    Pour une première approche du naturisme , nous avons mon épouse et moi , opté pour le camping / bungalow en france ( Landes , Ardéche ) ou en Croatie . Le type même du camping familial choisi ,
    permet de gouter en tout simplicité , sans tabous , au joie de vivre tout nu . Si toutefois mon épouse à quelque fois resenti des regards insistants , c’est sans l »excés que j’ai lu . La tolérence que nous demandons est égale à celle que nous prodigons .
    Certain(e) d’entre nous avons des barrières psycologiques à franchir . La liberté que nous nous offrons en affichant sa nudité en public n’est pas perçu par les autres comme nous l’imaginons .
    Nous sommes sensible à la beauté , au atomes crochuts ou pas , au désintéret aussi . Le naturisme est le chemin de la tolérence .

    1. Chemin de tolérance… doux rêve !
      Je suis tombée sur une étude sociologique de la plage naturiste où je vais l’été, il s’avère que c’est bel et bien un lieu de drague reconnu et connu de tous. Ce sera donc difficile pour moi d’échapper aux assauts. Mais depuis j’ai mis en place quelques systèmes de précaution : je reste mobile, prête à me déplacer au besoin, j’ai un paréo à portée de main, je siège au beau milieu de la zone gay friendly, etc. Avec le temps je serai rodée ! (et aussi moins convoitée …)

  13. Les plages naturistes totalement tranquilles pour les femmes sont les plages des centres de vacances naturistes, et celles qui sont gérées par un club naturiste avec des délégués en permanence sur place.
    Consulter le site web de la Fédération Française de Naturisme

  14. Bonsoir
    je vais régulièrement à Baden-Baden (Friedrischbad) et apprécie la façon dont est vécu le naturisme façon Allemagne, naturel et sans arrière pensée. J’ai retrouvé cette ambiance sur une petite plage naturiste du Var, ambiance saine, naturelle et familiale. Au bout de 10 jours, je connaissais les prénoms de plus de dix personnes et discutions ensemble tous les matins. bonne soirée;

  15. Il y a 3 ans de cela, je me suis retrouvé seul un week-end, ma femme étant partie rendre visite à sa maman.
    J’ai décidé d’une promenade dans les Vosges, en forêt avec pique nique.
    Je ne sais pas comment je m’y suis pris, mais j’ai quitté les sentiers balisés sans m’en apercevoir…. et me suis égaré quelque peu.
    Je m’arrête pour prendre mon en-cas dans une petite clairière ensoleillée. Et que se passe-t-il ? Une idée me vient dont ne sais où… « et si tu te mettais nu au soleil pour déjeuner ? »
    Pourquoi pas après tout ! Je suis loin de tout et n’aie vu personne depuis un bon moment.
    Hop, je franchis le pas. Je n’avais pas prévu le coup et des aiguilles de pins jonchent le sol, je suis un peu emprunté mais me débrouille en étalant mes habits, je ne bouge donc pas beaucoup.
    Immédiatement un flot de sensations inconnues m’envahissent.
    La douceur du soleil sur ma peau, sur l’ensemble de mon corps, que c’est bon. Je suis davantage attentif au léger souffle du vent qui m’effleure. Mais d’autres sens s’éveillent, l’ouïe également, je perçois le charmant gazouillis des compagnons ailés.
    Je prends tellement de plaisir à la chose qu’à l’issue de mon repas je décide de rester en ce lieu et surtout en cette tenue ! Peu à peu je m’enhardi et visite les alentours, toujours en tenue de peau en m’éloignant de 10 m, puis 20 puis 50…
    et découvre (le mot est juste) un endroit plus ensoleillé et approprié. Je déménage pour y accomplir une bonne sieste puis une après midi découverte (?!) de mes sens…
    Beaucoup de plaisir cette après midi.
    A mon retour à la maison, aussitôt arrivé je quitte l’ensemble de mes vêtements pour revêtir ma tenue de peau, c’est trop agréable et la température est idéale.
    J’ai ainsi vécu tout mon week-end entièrement nu et le lundi matin pour aller au travail ça a été un déchirement de  devoir m’habiller !
    Au retour de mon épouse, je lui ai relaté la chose et à ma grande surprise elle m’a envié en me disant que c’est quelque chose qui ne lui déplairait pas !! Jamais je ne l’aurait cru.
    Depuis, j’ai trouvé un p’tit coin au bord d’une rivière puis je me suis aperçu que d’autres le connaissais…. dommage ! Mais quelques prospections m’ont permis de trouver un autre endroit, 100m en aval et sur l’autre rive, où je suis incognito et seul pour pratiquer « ma mise à nu » pour la sieste , la lecture etc…..
    Et depuis, les jours de grosses chaleurs à la maison, je n’hésite pas à tomber non seulement la veste, mais l’ensemble de mes vêtements et tout ça est bien agréable…. Il m’aura fallut attendre 55 ans pour goûter à ses plaisirs simples et sains !
    Ah, j’oubliais !
    L’année dernière nous sommes partis en vacances en Croatie et nous avons voulu faire une virée à pieds sur l’île de Krka. Qu’il faisait chaud ce jour là, si bien que mon épouse a demandé grâce et nous avons dû faire demi tour au milieu de la balade avec pour objectif de se baigner à la première plage !
    On en a trouvé une, en bordure d’un camping …….naturiste !! Le sentier pédestre longeait le camping ! Parmi tous ces gens nus au soleil, nous déambulions en chaussures de marches et sac à dos, curieux contraste !
    Mais ni une ni deux, un petit bout de plage s’est offert à nous et nous nous sommes mis dans la même tenue que nos compagnons naturistes……
    Et le lendemain ou surlendemain durant notre trajet en auto, ma femme a trouvé dans un guide une autre plage naturiste …. où elle m’a conduite pour 2-3 heures de baignades et ensoleillades.
    Comme quoi, même après 30 années de mariage des surprises sont encore possibles….
    Amitiés
    Pierre

    1. C’est formidable Pierre !
      Merci beaucoup pour ce beau témoignage dont j’apprécie le récit. C’est super de faire des découvertes tout au long de sa vie et d’expérimenter de nouvelles sensations.
      J’ai pour ma part exploré quelques plages naturistes avec des amis en Bretagne cet été, contrairement à celles du Sud, elles étaient assez dépeuplées, ce qui n’était pas désagréable… J’ai aussi fait du bivouak en Roumanie dans la forêt et la douche dans la rivière était de rigueur. Un nouveau plaisir découvert : se réveiller nu dans l’eau fraîche d’un courant d’eau (et perdre son savon par la même occasion dès le premier matin !)

  16. Bonjour Sucre d’orge.
    Je suis arrivé ici par hasard, mais pas tout à fait puisque ma recherche portait sur le nudité et particulièrement au soleil !
    Et j’avoue avoir eu grand plaisir à vous lire et à voir l’évolution de votre démarche.
    Je m’en réjouis puisque avec mon épouse et nos enfants nous pratiquons le naturisme drpuid plus de 35 ans.
    Bien évidemment, nous n’avons jamais importunés puisque toujours en famille.
    Mais je comprends qu’une femme seule, jolie certainement, puisse subir ce genre de mésaventure.
    Je le demande juste aujourd’hui où vous en êtes de cette découverte. Renouvelée, abandonnée ou êtes-vous passée à autre chose ?
    A bientôt au plaisir de vous lire.
    Naturellement et naturistement vôtre.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec le symbole « * ».