Navy girl

Le week-end de la Saint Valentin, j’étais invitée pour deux shows au TT Twister, à Lyon.

L’occasion pour moi de faire un pèlerinage dans ma ville d’adoption, de donner un cours de danse d’éventails mais aussi d’être photographiée par Jean Raymond Hiebler.

Sur le pont moussaillon !

J’avais été prévenue : le couple m’attendrait pour midi et je ne sortirais de leur lanterne magique qu’à une heure tardive.

Agnès et Jean Raymond s’occuperaient de tout : idée, coiffure, maquillage, stylisme… Quel luxe, un lendemain de show, d’être ainsi prise en main !

En arrivant dans leur bel appartement, j’aurais pu renverser les rôles et faire un reportage photo. Tout dans cet intérieur muséal attirait l’oeil : les meubles 50 en bois coloré, une collection de ventilateurs en plastique, les livres d’art, les affiches anciennes, les figurines… Mais l’appareil photo me manquais et j’étais sensée rester en place pendant ma longue préparation.

Au programme : un maquillage légèrement 1930 et surtout, 20 cm de moins à mes cheveux, sans les couper, juste en les bouclant. Fastidieuse tache que j’étais ravie de confier à Agnès.

« Les cheveux longs, c’est parfait pour avoir les cheveux courts » Agnès
Dans ma main, ce Enfield nmr 2 Mark 1. Calibre 38 de l’armée britannique semble aussi menaçant qu’une serpillière…

Jean Raymond avait tout méticuleusement préparé : costume, accessoires, pause… Je n’avais plus qu’à me glisser dans le personnage du jeune mousse, tantôt russe, tantôt américain, selon le ruban du béret.

« Hey sailor! »

Ce shooting a été inspirant à plus d’un titre et je suis repartie avec quelques envies et bonnes idées :

  • Les faux cils réduits de moitié et posés sur l’extérieur de l’œil :
    Ils agrandissent le regard sans trop le charger. A refaire !
  • Le petit haut de mousse en maille : I love it!
  • Le pantalon de marin : modèle 1947 de la Marine Nationale, avis aux amateurs
    Je trouve qu’il donne une très belle ligne, mais je crains qu’il ne soit trop large pour faire du vélo
  • La recette d’omelette de Jean Raymond :
    J’ai pu y gouter entre deux coups de brosse, un vrai délice !
    Son secret : faire revenir un poireau émincé, ne battre les œufs qu’au dernier moment et très légèrement, puis les verser dans la poêle brulante. Laisser cuire sans plier l’omelette ni la retourner
Un béret estampillé « flotte de la Baltique »

Si vous avez la chance d’habiter la région lyonnaise, je vous conseille vivement de passer un vendredi ou un samedi soir au TT Twister. Chaque semaine, deux artistes sont invités dans ce lieu secret exclusivement dédié au burlesque et mon petit doigt me dit que les week-ends à venir seront riches en surprise…

La version argentique : le Graal !

2 commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec le symbole « * ».